Apprendre à naviguer à la retraite

Changer de vie du jour au lendemain pour devenir plaisancier à temps plein. C’est le choix courageux qu’ont fait Annie et Dominique. Devenir capitaine d’un bateau et apprendre les rudiments de la navigation à 63 ans c’est le pari fou qu’ils se sont lancé. Entre euphorie et contraintes financières, ils nous parlent de leur aventure. Comment organiser son départ, quel état d’esprit adopter, à qui faire confiance pour la garde de son courrier…Le couple nous éclaire sur toutes les questions que nous pouvons nous poser avant de sauter le pas !

Zoom sur : Annie et Dominique

A la retraite depuis 2015, les anciens accro du travail ont décidé de retrouver leur liberté et pour eux, il n’y a rien de plus libre que de naviguer au gré du vent. Ils ont donc fait le choix de tout quitter pour devenir plaisanciers à long terme .

Dans un premier temps, le couple avait décidé d’acheter un joli bateau à moteur afin de faire le tour du monde mais ils se sont vite rendu compte que cela serait beaucoup trop onéreux. Ils ont donc opté pour un voilier ! N’ayant jamais navigué auparavant, ils ont du apprendre les rudiments de la navigation en participant à des cours auprès d’associations spécialisées dans le domaine nautique.

Si nous leur demandons leur état d’esprit actuel ils répondront que malgré les problèmes financiers, cette expérience n’en reste pas moins magique et extraordinaire.

Naviguez, même retraités !

Annie et Dominique

profitant d’un bon repas sur leur voilier

Le choix de vie du coupleNaviguer, c'est faire le choix de changer de vie !

Vous vous demanderez sûrement pourquoi un couple de retraités à fait ce choix de vie ? Et bien, selon Annie : Ils ne leur était absolument pas envisageable de vieillir devant la télévision en attendant la mort.

Durant leur vie professionnelle respective, Annie et Dominique étaient des accro du travail. Les enfants du couple avaient reproché plusieurs fois à leurs parents d’être trop accaparés par leurs jobs. A la retraite, ils ont donc tout naturellement voulu profiter du temps qu’ils n’avaient pas pris auparavant. Ce besoin d’évasion, de liberté leur est devenu vital.

N’allez pas croire que ce choix de vie n’est fait que de moments paisibles et agréables ! Tout quitter pour vivre sur un bateau c’est aussi beaucoup d’argent et d’endettements. Les réparations du bateau, le prix des places dans les ports, le coût des assurances… Cette aventure a littéralement un prix. Selon le couple la partie financière est le seul point négatif de leur expérience, tous les problèmes qu’ils rencontrent sont largement dépassés par le bonheur qu’ils rencontrent à voyager.

Est-ce que cette expérience les a changés ? Ils répondent qu’ils sont toujours les mêmes mais que leur rapport avec l’humain à totalement évolué. Ils ont tendance à se recentrer sur les choses plus importantes, moins superficielles. Malgré quelques problèmes financiers, ils se sentent plus sereins, plus libres qu’avant !

Apprendre à naviguer, le changement de vieNaviguer à 63 ans, c'est possible !

Devenir capitaine d’un bateau à 63 ans sans avoir aucunes notions dans le domaine de la navigation, comment cela se prépare ?

Avant de prendre le large, Annie et Dominique, retraités studieux et motivés, ont décidés de prendre des cours auprès d’associations pour apprendre tout ce  qu’il faut savoir sur le domaine de la navigation.

Pendant deux ans, ils ont donc assimilé toutes les informations nécessaires pour naviguer en toute sérénité. Passant de la santé à bord d’un bateau, à la conduite d’un voilier et sa mécanique.

Comment organiser ses voyages quand on est plaisanciers à temps plein ?Le voyage perçu par des plaisanciers à plein temps

Nous pouvons imaginer qu’en tant que capitaine d’un bateau, toute destination nous est accessible et ce, en peu de temps. Détrompez-vous ! Le couple nous a informé qu’il planifiait tous ses déplacements mais parfois, tenir le cap n’est pas chose facile. Le vent, des mers dangereuses et voire inaccessibles (à cause des pirates ou des visas impossibles à obtenir), des assurances trop onéreuses…autant de facteurs qui font que la navigation, même préparée à l’avance , peut être modifiée. Et n’oublions pas qu’un voilier de croisière dépasse rarement la vitesse d’un vélo moteur…Comme nous le disions auparavant, Annie et Dominique ne naviguent actuellement que sur la mer méditerranée, en vue de tester leur bateau. Ils ont le beau projet de se rendre jusqu’en Afrique et en Asie en passant par l’Amérique du Sud.

Le couple nous a confié que le premier hiver fût rude. Ils ont rencontré leurs premières tempêtes dévastatrices. Mais étonnamment, ils n’ont jamais eu peur des tempêtes, au contraire. Bien que la peur puisse être présente, leurs manifestations les a émerveillé. Comme le moment sublime où ils ont été les témoins de la danse des dauphins alors que la mer était démontée. Ils pensent qu’elles sont le fruit d’une nature qui s’amuse et ils en sont témoins, ils y prennent même part. Ce sentiment, ils le partagent avec les autres marins d’hiver !

La société et les capitaines de voiliersNaviguer quand on est à la retraite, qu'en pense la société ?

Nous, terriens sédentaires, nous rêvons secrètement de vivre ce genre d’expérience mais en sommes-nous capables ? Annie et Dominique racontent souvent leurs aventures à leurs amis. Ces derniers leur disent qu’ils ne seraient pas capable de se lancer mais Annie voit leurs yeux qui brillent quand elle conte ses périples. Ils sont envieux mais ont peur de sauter le pas !

L’expérience a changé la vie du couple, ils ont développé cette envie de toujours en apprendre plus sur le domaine de la navigation mais aussi sur les hommes et leurs cultures mais surtout ils ont cette envie de partage indéniable. Plus que jamais, leur rapport à l’humain leur est devenu important voire indispensable. N’est-ce pas paradoxal ? En s’éloignant de la vie en société, Annie et Dominique ont développé cette envie d’échange, de partage avec autrui.

Les rencontres qu’ils font tout au long de leurs voyages, sont éphémères ce qui rend la rencontre encore plus forte et émouvante.

Comment gérer son courrier quand on n'a pas d'adresse ?

Le courrier quand on n’a pas d’adresse

Quand on devient sans domicile fixe, la question du courrier devient essentielle. Annie et Dominique n’ont pas dérogé à la règle ! Ils se sont demandé qui allait bien pouvoir garder leur courrier en leur absence et c’est le hasard qui leur a répondu.

C’est en se rendant au «Salon Nautic» il y a trois ans, pour trouver un bateau, qu’ils ont croisé le chemin de «Courrier Du Voyageur» qui avait installé son stand dans une allée du salon. Une amitié est née en même temps qu’une solution à leur problème de garde de courrier.

Les services proposés par Courrier Du Voyageur correspondaient tout à fait aux besoins et aux attentes du couple. Annie nous a confié que le fait que les gérants de Courrier Du Voyageur soient eux-même d’anciens navigateurs, lui a donné confiance et elle s’est sentie comprise.

Car selon elle, il n’y a que ceux qui vivent  cette expérience qui peuvent parfaitement la comprendre. Alors ? Quand partez-vous à votre tour ?

Vous souhaitez suivre nos trucs et astuces pour naviguer comme des pros ?

Annie et Dominique Lacarin

Vous souhaitez suivre nos trucs et astuces pour naviguer comme des pros ?

Pour continuer à suivre les aventures du couple d’aventuriers n’hésitez pas à aller consulter leur blog : https://vivreenmer.com/ , ils donnent trucs et astuces pour vivre en mer à temps plein ! Vous n’aurez plus d’excuses pour vous lancer !

Un grand merci à Annie d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Sa gentillesse et son naturel nous a fait voyagé !