Devenir micro-entrepreneur

L’Auto-entrepreneuriat appelé le «Micro-Entrepreneuriat» depuis 2018, vous y pensez mais vous n’avez jamais osé sauter le pas ?

Être son propre patron, cela peut résonner comme un rêve dans votre épanouissement personnel et professionnel. Choisir son métier, ses clients, ses horaires… et reprendre son projet professionnel en main, voilà ce que permet le statut de micro-entrepreneur.

Alors voici quelques explications qui pourront sûrement vous aider à devenir micro-entrepreneur.

Qui peut devenir Micro-Entrepreneur ?

Et bien, bonne nouvelle ! Sachez que tout le monde peut devenir micro-entrepreneur que vous soyez salarié, étudiant, jeune diplômé ou demandeur d’emploi. Un micro-entrepreneur (ou auto-entrepreneur) est un entrepreneur individuel ayant opté pour un régime fiscal et un régime social simplifiés.

Vous pouvez devenir micro-entrepreneur !

Son activité est exercée sous forme d’entreprise individuelle, elle relève soit du Régime social des indépendants, autrement nommé RSI (Sécurité Sociale des Indépendants depuis janvier 2018) , soit de la Caisse inter-professionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse (Cipav).

Attention !  Pour posséder le titre de micro-entreprise, vous devez ne pas dépasser un certain seuil de chiffre d’affaires.

Le CA pour devenir Micro-entrepreneur

Devenir micro-entrepreneur passe par un régime qui dépend de l’activité exercée,

il existe deux régimes pouvant convenir à ces activités :

Le régime micro-BIC (Bénéfices industriels et commerciaux) avec un chiffre d’affaires maximum de 170 000 euros .

Les BIC concernent les activités de ventes de produits.

Le régime micro-BNC (Bénéfices Non-Commerciaux) dont le CA ne doit pas dépasser 70 000 euros.

Les BNC concernent les activités de services.

Les seuils sont applicables en métropole comme dans les départements d’outre-mer. A savoir que le micro-entrepreneur est exclus du régime micro-fiscal et micro-social seulement s’il dépasse les montants maximum autorisés durant deux années de suite.

Il faut également savoir que toutes les professions ne peuvent pas être exercées sous le statut de micro-entrepreneur :

Les professions juridiques et judiciaires telles que le notariat, les avocats, les huissiers de justice, les commissaires-priseurs judiciaires

• Les professions de la comptabilité

• Les professions de l’assurance et de l’immobilier

• Les professions de la santé

Et pour les activités mixtes ?

En effet, vous êtes peut-être dans le cas où vous exercez deux activités différentes mais qui font parties d’une seule et même micro-entreprise (Par exemple : prestation de services et vente de marchandise à la fois), voici les conditions que vous devez remplir au niveau du chiffre d’affaire :
Le chiffre d’affaire global annuel (HT) ne doit pas dépasser le seuil de 170 000 euros et à l’intérieur de ce CA, la part des prestations de services ne doit pas excéder le seuil de 70 000 euros.

A savoir : Vous devez tout de même déclarer l’ensemble de vos activités sur la même entreprise et préciser quelle est l’activité principale et l’activité secondaire.